Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 07:11

pour ceux qui veulent réfléchir à l'internet, on peut voir ici:

link

 

la thèse est qu'internet nous enchaine.

simultanément, d'autres articles sur le  surf sur internet:

link

 

et un sur les anonymous:

link

 

pour tous les outils pour surfer plus tranquille sur le net, voir aussi: conseils de pépé le pirate, leçon 2.

 

 

 

Repost 0
Published by le blog du 26400 - dans pépé le pirate du PP
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 23:21

allez voir ici:

link

 

contourner la censure

 

guide d'auto-défense numérique:

 

link

 

 

les outils pour surfer anonyme:

link

 

comment contourner la Censure sur internet:

 

link

 

manuels libres pour logiciels libres:

link

Repost 0
Published by le blog du 26400 - dans pépé le pirate du PP
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 21:13

salut jean ! et les autres ...

jpendant que j'écris ces mots et envoie ces mails, un gars est en train de parler, sur une autre planète, à la télévision.

pendant ce temps le parlement européen tente de faire passer  à la loi ACTA que les uessa veulent imposer au monde (propriété intellectuelle, brevets sur le vivant, etc...) visant par là même la liberté d'internet.

c'est pourquoi je vous invite à signer d'urgence cette pétition ici:
> > > http://www.avaaz.org/fr/eu_save_the_internet_fr/?cl=1534071802&v=12261


parvenir à 1 000 000 de signatures avant la fin du discours que prononce actuellement nicolas sarkozy.

c'est la réponse que tous solidaires nous donnons au discours que certains regardent en ce moment même à la télévision.

930 900 maintenant.

edit 7/02: 1 782 000 signatures ...

edit 13/02: 2,266,653  ont signé.


quelques liens si tu veux participer aux prochaines actions anti ACTA:

link

le manuel du parfait petit cyberactiviste.

 

infos sur la manif de mars à Paris:

link


anonymact:

link

 

en vous souhaitant les meilleures choses...

  le texte d'ACTA sur wikileaks qui le premier avait informé:

link

 

 

psitt: j'invite les copains à aller faire un tour aussi sur l'article: les conseils de pépé le pirate aux internautes.

Repost 0
Published by le blog du 26400 - dans scories
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 11:21

Procès devant la Cour de Justice

de l'Union Européenne:

Kokopelli en marche pour la Victoire!

Communiqué de Kokopelli du 19 janvier 2012

L’avocat général chargé du dossier Kokopelli devant la Cour de Justice de l’Union Européenne a donné aujourd’hui lecture publique de ses conclusions. Nous avons la joie d’annoncer qu’elles  nous donnent entièrement raison !

En effet, le magistrat conclut à l’invalidité de l’interdiction de commercialiser des semences d’une variété non inscrite au catalogue officiel, et ce aux motifs que cette interdiction, portée par la législation Européenne aussi bien que par la réglementation Française, viole le principe de proportionnalité, la liberté d’entreprise, la libre circulation des marchandises, ainsi que le principe de non discrimination. La quasi-totalité de nos arguments ont été retenus!

De plus, l’avocat général n’a pas manqué d’affirmer, au contraire de ce qui était avancé par nos nombreux adversaires (Commission Européenne, Conseil de l’U-nion Européenne, République Française, Royaume d’Espagne et société Graines Baumaux), que, d’une part, les règles relatives à l’admission des semences au Catalogue Officiel n’ont « aucun rapport avec la santé des plantes », d’autre part, que « il appartient aux agriculteurs de décider des variétés qu’ils cultivent », enfin que cette législation limite excessivement le choix des consommateurs qui n’ont « ni accès aux denrées alimentaires ou autres produits issus de variétés qui ne satisfont pas aux critères d’admission, ni la possibilité de cultiver eux-mêmes ces variétés, par exemple dans leur propre jardin ».

De même, l’avocat général rappelle à juste titre que « le fait que les agriculteurs soient cantonnés à des variétés admises réduit enfin la diversité génétique dans les champs Européens ».

Il en conclut logiquement que «les inconvénients de l’interdiction de commercialiser des semences de variétés non admises l’emportent manifestement sur ses avantages. »

Nous sommes extrêmement satisfaits de ces conclusions et nous avons maintenant l’immense espoir que la Cour suive l’avis de son avocat général et vienne enfin mettre un terme au totalitarisme pluri-décennal de la législation sur le commerce des semences.

Pour plus d’information, voir sur le site de la Cour de Justice de l'Union Européenne (conclusions de l'avocat général disponibles dans plusieurs langues).

Blanche MAGARINOS-REY

Avocate de l’Association Kokopelli.

contact@avocat-magarinos-rey.com

Repost 0
Published by le blog du 26400 - dans cultural et culturel
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 09:49

aujourd'hui le web proteste contre les projets de lois américains SOPA et PIPA, concernant la liberté d'expression sur le net.

 

pour plus d'infos, faites une recherche google.

 

je suis en grève.

 

edit 27 janvier: stop acta. vous pouvez aller signer la pétition d'avaaz ici:

link

 

sur place vous trouverez plus d'infos sur ce qu'est ACTA.

 

la carte des manifs du 11 février à propos d'acta:

link

Repost 0
Published by le blog du 26400 - dans scories
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 08:44

pour ton navigateur si tu es avec firefox

 

- outils/modules complémentaires.

télécharge ADBLOCK PLUS pour supprimer toutes les pubs

télécharge JAVASCRIPT )pour empêcher certains scripts javas (dangereux). tu peux le désactiver quand tu veux. j'y reviendrai.

télécharge également  download helper qui te permettra de télécharger des vidéos (yoube, dailymotion, etc. c'est pas du tout illégal et dans certains tu peux trouver des films entiers.

télécharge FireFtp qui te permettra d'envoyer des documents sur ton espace personnel (par exemple sur ton blog si tu veux le créer, ou bien aussi tous les documents que tu veux envoyer à autrui. au lieu de les envoyer dans un fichier joint, tu les "uploades" sur ton site, et tu n'envoies plus que le le lien à tes correspondants.

ça fait moins d'encombrement sur les lignes du net, et diminue grandement la consommation électrique des serveurs (même si tu es sur enercoop  ).

télécharge aussi Chatzilla, qui te permettra aussi d'entrer sur des chats irc (t'expliquerai ça plus tard).

 

tu as déjà entendu parler de ton adresse IP (internet protocol), qui permet de te repérer. ce moteur de recherche te permet d'avoir les résultats de google, sans passer par google qui te colle des tas de cookies en suivant ta navigation, et te colle des pubs correspondant à tes recherches. (remarque: avec AdblockPlus je ne vois pas les pubs).

link

tu vois tout de suite que tu peux afficher jusqu'à 100 résultats d'un coup. bien pratique pour diminuer le nombre de clics. essaie.

 

un autre moteur de recherches qui ne donne pas ton ip quand tu fais des recherches, et qui fait ses recherches sur 5 autres moteurs en même temps:

link

 

sur gogol, tu peux aller dans /préférences: afficher 100 résultats. tiens, pendant qu'on y est, tu peux régler les langues. si tu parles plusieurs langues, demande-lui d'afficher le résultat des recherches dans ces langues. sur le même sujet par exemple, tu trouveras plus de résultats en anglais qu'en français. essaie avec "fukushima".

 

autre astuce: si tu mets des guillemets autour du mot que tu recherches (ex. "paul durand"), tu trouveras seulement les résultats sur paul durand (et non les kevin durand, mélanie durand, etc.)

 

autre astuce: si tu mets * avant un terme que tu recherches - exemple: *@free.fr tu trouveras plein d'adresses mails- autre exemple *nucléaire.

 

sur gogol, tu peux aussi faire la chose suivante: outils/commencer la navigation privée  (Ctrl+Maj+P) qui ne laisse pas de traces dans l'historique de navigation. par exemple quand tu regardes des vidéos x et que tu veux pas que tes parents soient au courant.

 

pendant qu'on y est, n'oublie pas de faire des marque-pages quand tu trouves des sites, blogs, intéressants. tu peux les classer dans des dossiers: par exemple: alimentation, logement, chauffage, eau, bois, métal, philosophie, religions, arts ...

 

tu peux aussi télécharger le logiciel audacity. il permet d'enregistrer tout ce qui se joue sur ta carte son (par exemple une émission radio que tu écoutes sur le net, le cd que tu écoutes. si tu y ajoutes un petit micro à 2 balles, ça te permettra d'enregistrer - et de mettre en ligne ton émission radio, ta chanson, ton poème.

 

bon, on verra ça plus en détails. mets des comm's si ça t'intéresse.

 

internet

à quoi sert internet, sinon à trouver de l'info, échanger, partager, vendre, acheter, donner, tisser des liens ? les anglais disent "web", la toile d'araignée. la toile de l'araignée tisse des liens entre tous les points auxquels elle s'accrochent.

n'hésite pas à t'abonner à la newsletter des blogs qui te semblent d'intérêt (par exemple celui du partipirate26400 !) à mettre des commentaires ici et là, à t'inscrire à des listes de diffusions, des forums. à créer toi-meme des blogs, des forums. ça t'aidera à nouer des contacts avec des gens très intéressants. à tisser des liens.

 

les vraies listes de diffusion ne sont pas "modérées à-priori", c'est à dire censurées, communication à sens unique, du haut vers le bas.

 

les commentaires, même courts, sont des signes d'encouragements, et permettent de vérifier si l'énergie dépensée en vaut la peine. si on est utile en quoi que ce soit dans le grand bouillonnement collectif.

 

 

tiens, pendant que j'y suis, va voir ici:

link

link

bonne journée !

Repost 0
Published by parti-pirate-26400 - dans pépé le pirate du PP
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 21:09

je trouve l'idée que l'état aide les travailleurs à créer une scop pour maintenir leur activité est intéressante. j'espère que les travailleurs et la cfdt parviendront à un résultat.

 

qu'est-ce qu'une scop ? allez voir ici, vous trouverez tous les détails:

link

"Les Scop, Sociétés coopératives et participatives, désignent les entreprises à statut Scop (Société coopérative de production) et à statut Scic (Société coopérative d’intérêt collectif). Soumises à l’impératif de profitabilité comme toute entreprise, elles bénéficient d’une gouvernance démocratique et d’une répartition des résultats prioritairement affectée à la pérennité des emplois et du projet d’entreprise."

 

 

 

et pourquoi pas créer une scop au niveau municipal ? est-ce une idée stupide, irréalisable, saugrenue, impossible ?

 

si c'est possible au niveau national, est-ce impossible au niveau municipal ?:

link

 

 

j'espère que l'article vous aura fait découvrir au moins les scop et leurs statuts.

 


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by parti-pirate-26400 - dans liens
commenter cet article
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 11:36

avait Si il y avait un pro-nucléaire à votre réveillon ce soirun pro-nucléaire à votre réveillon ce soirucléaire à votre réveillon ce soir :

http://energie-climat.greenpeace.fr/un-pro-nucleaire-a-votre-reveillon-pas-de-panique


Joyeux Noël

La Q.V.

http://www.villesurterre.com

Si pour des raisons techniques ce mail vous arrivait après le réveillon,
le guide est valable pour les réunions ultérieures..."

 


Je réponds à michel, et joins le mail à sdn26/07.
s'il y avait un anti-nucléaire à la table de votre réveillon ?

je lui dirai ceci:

"EDF m'informe que ma facture prévisionnelle d'électricité pour 2012 sera de 59,10€ que je verserai en mensualités de 11,82€, au lieu des mensualités de 18,50€ que je payais l'an dernier."

je lui dirai ceci:
"Quand tous les antinucléaires seront parvenus à des consommations semblables, combien de centrales nucléaires pourrons-nous débrancher en France ?".

je lui dirai aussi:
"Quand une centrale pètera en France, continueras-tu à poursuivre tes discours antinucléaires, ou bien prendras-tu ta voiture et mettras-tu le plus vite possible toi et les tiens à l'abri ?

alors, pourquoi me parles-tu du nucléaire, et ne lèves-tu pas le petit doigt pour ceux qui sont dans la merde là-bas, pas très loin, à Fukushima ???".

je lui dirai ça très cordialement, parce que noël, c'est la nativité, ce qui signifie aussi renaitre à d'autres formes de pensée:

http://en.wikipedia.org/wiki/Mushi_dokugo


c'est en anglais, j'espère que tu le comprends. sinon, pour te résumer rapidement: Mushi dokugo, parfois appelé jigo jisho, est un terme japonais utilisé par le bouddhisme zen, qui sert à traduire le phénomène connu sous le nom de "s'éveiller soi-même, sans maitre".

pas étonnant que ce concept nous arrive d'un pays frappé d'une catastrophe nucléaire planétaire qui nous menace tous. où est la solidarité active que nous prônons tous en théorie ?

quel est le bilan carbone et électrique des manifestations, chaines antinucléaires, impression de prospectus, déplacements, cars, transports ferroviaires, électricité consommée par le web, les serveurs, les requêtes, les mails, les pièces jointes ???


je lui dirai aussi: je te souhaite un très joyeux noël ! nous avons passé le solstice d'hiver il y a trois jours. déjà les jours rallongent.

avec un cadeau de noël du parti pirate section 26400:

 

 


http://www.dailymotion.com/pageitem/video/embedCode?request=%2Fvideo%2Fx5jhcq-- 
jef jaquier violoneux
"Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt."

http://parti-pirate-26400.over-blog.com/
http://blogdunon.blog.fr/

 

la réponse d'un membre de sdn26/07:

"et moi , je dis : passes tout de suite chez Enercoop !
comment peux-tu continuer à donner ton argent à EDF ? ?
c'est une attitude "schizophrénique" ...  sinon , c'est une attitude très difficile à argumenter !
amicalement
christine
Enercoop , fournisseur d'électricité verte"

 

ce qui m'amuse c'est l'emploi, venant d'une docteure, du terme "schizophrénique", qui n'a aucune valeur scientifique et qui sert à déconsidérer l'adversaire. sans répondre à ses arguments. qui ne portaient pas sur enercoop ou edf, mais plutôt, en termes d'écologie politique, sur le fonds de l'action anti-nucléaire.


Repost 0
Published by parti-pirate-26400 - dans éditoriaux
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 18:08

 

par André Gorz

Evoquer l’écologie, c’est comme parler du suffrage universel et du repos du dimanche : dans un premier temps, tous les bourgeois et tous les partisans de l’ordre vous disent que vous voulez leur ruine, le triomphe de l’anarchie et de l’obscurantisme. Puis, dans un deuxième temps, quand la force des choses et la pression populaire deviennent irrésistibles, on vous accorde ce qu’on vous refusait hier et, fondamentalement, rien ne change.

La prise en compte des exigences écologiques conserve beaucoup d’adversaires dans le patronat. Mais elle a déjà assez de partisans capitalistes pour que son acceptation par les puissances d’argent devienne une probabilité sérieuse. Alors mieux vaut, dès à présent, ne pas jouer à cache-cache : la lutte écologique n’est pas une fin en soi, c’est une étape. Elle peut créer des difficultés au capitalisme et l’obliger à changer ; mais quand, après avoir longtemps résisté par la force et la ruse, il cédera finalement parce que l’impasse écologique sera devenue inéluctable, il intégrera cette contrainte comme il a intégré toutes les autres.

C’est pourquoi il faut d’emblée poser la question franchement : que voulons-nous ? Un capitalisme qui s’accommode des contraintes écologiques ou une révolution économique, sociale et culturelle qui abolit les contraintes du capitalisme et, par là même, instaure un nouveau rapport des hommes à la collectivité, à leur environnement et à la nature ? Réforme ou révolution ?

Ne répondez surtout pas que cette question est secondaire et que l’important, c’est de ne pas saloper la planète au point qu’elle devienne inhabitable. Car la survie non plus n’est pas une fin en soi : vaut-il la peine de survivre [comme se le demande Ivan Illich], dans « un monde transformé en hôpital planétaire, en école planétaire, en prison planétaire et où la tâche principale des ingénieurs de l’âme sera de fabriquer des hommes adaptés à cette condition » ? (...)

Il vaut mieux tenter de définir, dès le départ, pour quoi on lutte et pas seulement contre quoi. Et il vaut mieux essayer de prévoir comment le capitalisme sera affecté et changé par les contraintes écologiques, que de croire que celles-ci provoqueront sa disparition, sans plus.

Mais d’abord, qu’est-ce, en termes économiques, qu’une contrainte écologique ? Prenez par exemple les gigantesques complexes chimiques de la vallée du Rhin, à Ludwigshafen (Basf), à Leverkusen (Bayer) ou Rotterdam (Akzo). Chaque complexe combine les facteurs suivants :

— des ressources naturelles (air, eau, minéraux) qui passaient jusqu’ici pour gratuites parce qu’elles n’avaient pas à être reproduites (remplacées) ;

— des moyens de production (machines, bâtiments), qui sont du capital immobilisé, qui s’usent et dont il faut donc assurer le remplacement (la reproduction), de préférence par des moyens plus puissants et plus efficaces, donnant à la firme un avantage sur ses concurrents ;

— de la force de travail humaine qui, elle aussi, demande à être reproduite (il faut nourrir, soigner, loger, éduquer les travailleurs).

En économie capitaliste, la combinaison de ces facteurs, au sein du processus de production, a pour but dominant le maximum de profit possible (ce qui, pour une firme soucieuse de son avenir, signifie aussi : le maximum de puissance, donc d’investissements, de présence sur le marché mondial). La recherche de ce but retentit profondément sur la façon dont les différents facteurs sont combinés et sur l’importance relative qui est donnée à chacun d’eux.

La firme, par exemple, ne se demande jamais comment faire pour que le travail soit le plus plaisant, pour que l’usine ménage au mieux les équilibres naturels et l’espace de vie des gens, pour que ses produits servent les fins que se donnent les communautés humaines. (...)

Mais voici que, dans la vallée du Rhin notamment, l’entassement humain, la pollution de l’air et de l’eau ont atteint un degré tel que l’industrie chimique, pour continuer de croître ou même seulement de fonctionner, se voit obligée de filtrer ses fumées et ses effluents, c’est-à-dire de reproduire des conditions et des ressources qui, jusqu’ici, passaient pour « naturelles » et gratuites. Cette nécessité de reproduire l’environnement va avoir des incidences évidentes : il faut investir dans la dépollution, donc accroître la masse des capitaux immobilisés ; il faut ensuite assurer l’amortissement (la reproduction) des installations d’épuration ; et le produit de celles-ci (la propreté relative de l’air et de l’eau) ne peut être vendu avec profit.

Il y a, en somme, augmentation simultanée du poids du capital investi (de la « composition organique »), du coût de reproduction de celui-ci et des coûts de production, sans augmentation correspondante des ventes. Par conséquent, de deux choses l’une : ou bien le taux de profit baisse, ou bien le prix des produits augmente. La firme cherchera évidemment à relever ses prix de vente. Mais elle ne s’en tirera pas aussi facilement : toutes les autres firmes polluantes (cimenteries, métallurgie, sidérurgie, etc.) chercheront, elles aussi, à faire payer leurs produits plus cher par le consommateur final. La prise en compte des exigences écologiques aura finalement cette conséquence : les prix tendront à augmenter plus vite que les salaires réels, le pouvoir d’achat populaire sera donc comprimé et tout se passera comme si le coût de la dépollution était prélevé sur les ressources dont disposent les gens pour acheter des marchandises.

La production de celles-ci tendra donc à stagner ou à baisser ; les tendances à la récession ou à la crise s’en trouveront aggravées. Et ce recul de la croissance et de la production qui, dans un autre système, aurait pu être un bien (moins de voitures, moins de bruit, plus d’air, des journées de travail plus courtes, etc.), aura des effets entièrement négatifs : les productions polluantes deviendront des biens de luxe, inaccessibles à la masse, sans cesser d’être à la portée des privilégiés ; les inégalités se creuseront ; les pauvres deviendront relativement plus pauvres et les riches plus riches.

La prise en compte des coûts écologiques aura, en somme, les mêmes effets sociaux et économiques que la crise pétrolière. Et le capitalisme, loin de succomber à la crise, la gérera comme il l’a toujours fait : des groupes financiers bien placés profiteront des difficultés de groupes rivaux pour les absorber à bas prix et étendre leur mainmise sur l’économie. Le pouvoir central renforcera son contrôle sur la société : des technocrates calculeront des normes « optimales » de dépollution et de production, édicteront des réglementations, étendront les domaines de « vie programmée » et le champ d’activité des appareils de répression. (...)

Direz-vous que rien de tout cela n’est inévitable ? Sans doute. Mais c’est bien ainsi que les choses risquent de se passer si le capitalisme est contraint de prendre en compte les coûts écologiques sans qu’une attaque politique, lancée à tous les niveaux, lui arrache la maîtrise des opérations et lui oppose un tout autre projet de société et de civilisation. Car les partisans de la croissance ont raison sur un point au moins : dans le cadre de l’actuelle société et de l’actuel modèle de consommation, fondés sur l’inégalité, le privilège et la recherche du profit, la non-croissance ou la croissance négative peuvent seulement signifier stagnation, chômage, accroissement de l’écart qui sépare riches et pauvres. Dans le cadre de l’actuel mode de production, il n’est pas possible de limiter ou de bloquer la croissance tout en répartissant plus équitablement les biens disponibles.

Tant qu’on raisonnera dans les limites de cette civilisation inégalitaire, la croissance apparaîtra à la masse des gens comme la promesse — pourtant entièrement illusoire — qu’ils cesseront un jour d’être « sous-privilégiés », et la non-croissance comme leur condamnation à la médiocrité sans espoir. Aussi n’est-ce pas tant à la croissance qu’il faut s’attaquer qu’à la mystification qu’elle entretient, à la dynamique des besoins croissants et toujours frustrés sur laquelle elle repose, à la compétition qu’elle organise en incitant les individus à vouloir, chacun, se hisser « au-dessus » des autres. La devise de cette société pourrait être : Ce qui est bon pour tous ne vaut rien. Tu ne seras respectable que si tu as « mieux » que les autres.

Or c’est l’inverse qu’il faut affirmer pour rompre avec l’idéologie de la croissance : Seul est digne de toi ce qui est bon pour tous. Seul mérite d’être produit ce qui ne privilégie ni n’abaisse personne. Nous pouvons être plus heureux avec moins d’opulence, car dans une société sans privilège, il n’y a pas de pauvres.

André Gorz

André Gorz est décédé en septembre 2007. Ce texte, paru en avril 1974 dans le mensuel écologiste Le Sauvage, a été publié en 1975 aux éditions Galilée, sous le nom de Michel Bosquet, en introduction du recueil Ecologie et politique.

 

Repost 0
Published by parti-pirate-26400 - dans éditoriaux
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 15:18

J'écoutais Nicolas Lambert hier soir parler de cette pièce sur France Inter et me demandais s'il ne serait pas intéressant de la faire venir  dans la région de Crest.

 

Mais tu ne sais peut-être pas de quoi il s'agit, ô lecteur innombrable de ce blog. Alors, pour plus d'infos, va voir ici:

link

Et si ce que tu lis te motive pour faire venir la pièce dans le secteur de Crest, alors n'hésite pas à me contacter pour aider à sa venue ici..

 

Nous sommes dans une bonne période  pour lever tous ces lièvres qui courent, poser les questions qui fâchent à tous ces anciens et futurs élus.

 

Allez, ciao !

 

Pas tout à fait: pour le lecteur qui n'aime pas cliquer sur les liens, en voici une critique:

"De Christine COURCOL (AFP)                                                                                                                                                                                                                            PARIS — Faire rire en racontant l'histoire véridique du développement du programme nucléaire en France, un bel exploit réalisé par Nicolas Lambert au théâtre du Grand Parquet (XVIIIème) avec "Avenir radieux, une fission française".                                                                                                                                                                                                     Pendant deux heures, Nicolas Lambert joue tous les rôles : chercheur du CNRS, représentant d'EDF ou de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), industriel, manifestant lors du débat public autour du projet d'EPR à Penly, travailleur sous-payé par un sous-traitant -"les invisibles du nucléaire".                                                                                                                         La trame du spectacle, qui a nécessité deux ans de recherches et de travail, est le rôle joué par le très mystérieux Pierre Guillaumat, ancien des services secrets devenu directeur du Commissariat à l'énergie atomique, puis ministre des Armées, et qu'interroge un journaliste allemand. "Il peut y avoir des accidents de centrales nucléaires comme il peut y avoir des accidents de bombes", dit Guillaumat.                                                                                                                                                                                                                    On voit défiler sur la scène Guy Mollet, président du Conseil, Pierre Mauroy, Premier ministre, le député RPR Michel d'Ornano. Plusieurs présidents de la République sont aussi à la fête, de Valéry Giscard d'Estaing, qui veut "accélérer" le développement du nucléaire, à François Mitterrand, dont les promesses de campagne sont rapidement démenties par Mauroy. Nicolas Sarkozy, un rôle où Nicolas Lambert est particulièrement à son aise, revient plusieurs fois, au grand bonheur de la salle.

"Le nucléaire ne doit pas être un enjeu politicien, c'est une énergie propre", affirme le président. Ou encore : "Flamanville est l'appartement témoin du nucléaire de troisième génération".

Sauf pour deux interventions de personnages mineurs, "j'ai repris les déclarations à la virgule près, sinon ce ne serait pas drôle", confie l'acteur.                                                          Nicolas Lambert donne la liste de ces centrales qu'on veut emblématiques de l'indépendance de la France - toutes "sous licence Westinghouse". Il évoque aussi les financements étrangers comme celui de l'Iran, les attentats qui ont suivi des promesses non tenues, et affirme que l'Iran d'Ahmadinejad détient encore 10% d'Eurodif, enrichisseur d'uranium.                    Il affirme aussi que l'inspection du travail n'a pas accès aux centrales et que finalement le nucléaire ne représente au niveau mondial que 2,31% de la consommation d'énergie. Pas de quoi, dit-il, si on s'en prive, aggraver beaucoup le réchauffement climatique.

Ce spectacle fait partie d'une trilogie "bleu blanc rouge" consacrée à "l'a-démocratie française", une "spécialité du terroir", dit Nicolas Lambert. Le premier volet de 2004, "Elf la pompe Afrique", touchait à la politique coloniale de la France et a connu un très bon accueil. Le troisième, qui devrait être présenté en 2014, touchera à l'armement.                                              Ce one-man show sera présenté à partir de janvier dans plusieurs régions (liste des spectacles sur le site de la compagnie, unpasdecote.org)."

 

informations prises: le spectacle coûte 3500€. appel à dons: serions-nous capables de réunir cette somme pour faire venir le spectacle dans le secteur et le présenter en remboursant plus ou moins partiellement les donateurs ?

 

appel à mécènes ! ô toi qui es "antinucléaire", mettras-tu quelques sous pour faire connaitre la pièce dans la région ? 350 donateurs à 10€ chacun permettraient de faire venir la pièce, et de la voir !

fais part de tes intentions de don dans les commentaires. la pièce est digne d'un don.

Repost 0
Published by parti-pirate-26400 - dans cultural et culturel
commenter cet article

Présentation

Recherche

Liens