Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 13:38

 

cherchant l'étymologie de "école" sur le wiktionnaire, je trouve: "Du latin schola (« loisir studieux, leçon, lieu d’étude »), lui-même issu du grec ancien σχολή skholế (« arrêt du travail »)."

 

et quand je vais un peu plus loin, vers les racines indo-européennes, je trouve ceci: "Comme σχῆμα, skhếma, dérivé de ou apparenté [1] à ἔχω, ékhô (« posséder »), le sens étymologique semble être : « qui est maitre de soi », « qui a du temps, du loisir ». Sur le même radical indo-européen *segh-, le gaulois a *sego (« maitre de soi », « fort, non soumis ») → voir Segodunum, Segovia et Segobriga."

 

j'ai pu participer à une rencontre de ces "non-soumis", de non sco comme ils s'appellent. (ou pas).

 

il est vrai que sur 8 ou 9 ans que j'habite la région, c'est la première fois que je voyais ce thème arriver. j'en profite pour ouvrir une page sur cette question. j'espère que vous y placerez commentaires, informations, liens.

 

on parle souvent d'enfants "déscolarisés", ce qui une façon négative de les situer. s'il est devenu voleur, meurtrier, délinquant, c'est parce qu'il était "déscolarisé". c'est pourquoi le "mouvement" (est-ce un mouvement ?) préfère le terme non sco: non scolarisé.

 

la question qu'ils posent, parmi d'autres, est quelque chose comme "est-il possible de ne pas mettre mes enfants dans l'école obligatoire de la république ?"

obligatoire, laïque et gratuite !

 

d'abord l'école n'est pas obligatoire, ce qui est obligatoire pour la république, c'est l'instruction des enfants. wiktionnaire : "Du verbe latin instruere (« assembler, élever, bâtir, munir, outiller »)." de "struo" (bâtir) in: dans. "Le radical du verbe est *strugw" en indo-européen.

 

ensuite les programmes de l'éducation nationale sont-ils conformes aux désirs des juniors, leur apportent-ils l'épanouissement qu'ils recherchent, ou ne sont-ils pas plutôt faits pour former les cadres dont la société industrielle a besoin: ingénieurs et manoeuvres, caissières et secrétaires, informaticiens et techniciens de surface ?

 

vous trouverez ici une analyse du livre d'ivan illitch qui, pour moi, lança la réflexion:

link

 

je donnerai par la suite plus de détails.

 

premier commentaire, que j'ajoute ici:

"Petites précisions: Le terme "déscolarisé" (qui selon moi n'a rien de péjoratif) est généralement employé pour désigner une personne qui a été sorti du scolaire (souvent au sens de désinscrit d'un établissement . Tandis que "non-scolarisé" désignerait celles et ceux qui n'ont jamais été inscrit-es.

Toutefois ces définitions semblent plus restrictives que le terme anglosaxon "UNSCHOOLING" qui peut aussi bien désigner le fait de se défaire du scolaire en nous quel que soit notre âge et notre parcours.
Ce qui pourrait se comprendre comme une invitation à se détacher de la sectorisation des savoirs, de l'évaluation des compétences, de la mise en compétition, à refuser le nivelement des intelligences, le conformisme, à déconstruire le dégoût d'apprendre et de créer, la peur d'être jugé, selectionné ou humilié et tous les rapports de pouvoir inscrits dans tout rapport d'éducation...
Ce terme de unschooling tel que définit par John Caldwel Holt inviterait donc à une transformation bien plus profonde et essentiel qu'un simple refus d'inscription.
De même qu'il esquisserait plus de perspectives de compréhension et de respect des individus quel que soit leur âge, leur histoire ou leur sensibilité.
Tandis que la formule plus courament employé d'"INSTRUCTION EN FAMILLE" laisserait plutôt entrevoir une rassurante "contrainte alternative" tout a fait compatible avec l'ordre social actuel."

 

posté par Un complice de l'enfance buissonniere

link

Partager cet article

Repost 0
Published by le blog du 26400 - dans éditoriaux
commenter cet article

commentaires

Un complice de l'enfance buissonniere 26/09/2012 00:27

Petites précisions: Le terme "déscolarisé" (qui selon moi n'a rien de péjoratif) est généralement employé pour désigner une personne qui a été sorti du scolaire (souvent au sens de désinscrit d'un
établissement . Tandis que "non-scolarisé" désignerait celles et ceux qui n'ont jamais été inscrit-es.

Toutefois ces définitions semblent plus restrictives que le terme anglosaxon "UNSCHOOLING" qui peut aussi bien désigner le fait de se défaire du scolaire en nous quel que soit notre âge et notre
parcours.
Ce qui pourrait se comprendre comme une invitation à se détacher de la sectorisation des savoirs, de l'évaluation des compétences, de la mise en compétition, à refuser le nivelement des
intelligences, le conformisme, à déconstruire le dégoût d'apprendre et de créer, la peur d'être jugé, selectionné ou humilié et tous les rapports de pouvoir inscrits dans tout rapport
d'éducation...
Ce terme de unschooling tel que définit par John Caldwel Holt inviterait donc à une transformation bien plus profonde et essentiel qu'un simple refus d'inscription.
De même qu'il esquisserait plus de perspectives de compréhension et de respect des individus quel que soit leur âge, leur histoire ou leur sensibilité.
Tandis que la formule plus courament employé d'"INSTRUCTION EN FAMILLE" laisserait plutôt entrevoir une rassurante "contrainte alternative" tout a fait compatible avec l'ordre social actuel.

Présentation

Recherche

Liens